Introduction

Je me souviens d’un épisode de « La quatrième dimension ».

Chérie, devine qui vient diner ?
Un représentant d’un peuple extra-terrestre doté d’une intelligence supérieure (des gens à grosses têtes habillés de toges romaines, comme c’est original…) débarque en plein conseil de l’OTAN pour proposer à l’humanité de partager avec elle des connaissances technologiques à même de mettre fin à divers fléaux tels que la faim dans le monde ou le rhume des foins. Puis le type disparaît d’un coup, probablement à l’aide d’un super-téléporteur sub-ionique à polarité quantique inversée.

Stupeur parmi les augustes représentants de chaque nation : il est bien gentil, l’hydrocéphale en rideau, mais bon, qu’est-ce qui nous prouve que ce n’est pas une arnaque pour nous vendre des encyclopédies ou un truc dans le genre ?

Soudain, on s’aperçoit que dans sa hâte de se super-téléporter sub-ioniquement, le crâne de courge à oublié un livre sur un coin de table.

Mais qu'est-ce que ça dit ?!
Notez les ordinateurs en arrière-plan...
On met alors très vite les meilleurs traducteurs au travail, assistés des plus puissants ordinateurs (ceux avec plein de lumières qui clignotent) et on leur demande ce que le bouquin peut bien raconter. Au bout de deux mois de labeur acharné, le titre est enfin traduit : "Comment servir l’homme". Ouf ! Soulagement généralisé sur la planète, les fronts de pastèques sont des bons gars, la preuve c’est qu’ils se mettent à notre service, où est-ce qu’il faut signer s’il vous plaît, etc..
Bref, au bout d’un an, la Terre a radicalement changé : plus personne n’est malade, tout le monde mange à sa faim et le plus fort dans tout ça, c’est que plus personne ne doit travailler. Pour occuper la population, les occiputs en torpilles organisent même des visites guidées de leur planète qui connaissent un grand succès. Mais alors que tout semble aller pour le mieux, un des traducteurs (le genre de dangereux malade qui ramène du boulot à la maison pour s’amuser) découvre que le livre oublié ne traite pas de philosophie mais de gastronomie appliquée, et que les visites guidées finissent probablement au fond d’une marmite ; ils nous servent, certes, mais accompagnés d’une petite sauce à l’ail.
'Y en a un peu plus, je vous le laisse ?

 

C'est vrai qu'il a une bonne tête d'éveillé, celui-là...
Cela m’amène à une réflexion : si les extra-terrestres sont si intelligents, pourquoi ont-ils envoyé comme émissaire un blaireau tel qu’il trimballe toujours avec lui un livre de cuisine, livre qu’il oublie de surcroît parmi les futurs plats du jour en sachant pertinemment qu’ils parviendront à le lire un jour ou l’autre ?

Réponse : parce que ces extra-terrestres sortent de l’imagination d’un être humain, qui les a créés à son image c’est-à-dire bêtes.

Enfin… Plus bêtes qu’ils ne le sont en réalité, en tous cas.

 

Début Page précédente Retour au sommaire Page suivante Fin